Samedi 13 avril 2024

Actualités
Nouveautés
Cyrano raconte Savinien
Roxane et les autres
Le siècle de Cyrano
Rostand raconte Cyrano
Coquelin, le 1er Cyrano
Edmond Rostand 2018
Sur scènes et sur écrans
Cyrano en 1001 images
Promenades imaginaires
Les films de cape et d'épée
Vos contributions
Les traductions
La bibliographie
La CD et vidéothèque
La boutique de Ragueneau
Musée Cyrano(s) de Bergerac
Quiz
La lettre de Cyrano
Recevez toute l'actualité de Cyrano par e-mail : spectacles, éditions, nouveautés, découvertes ...
Abonnez-vous gratuitement !





En 2012… je relirai Cyrano en double

Article de Sud-Ouest sur les deux projets en concurrence pour un Espace Cyrano. Auteur : Émilie Delpeyrat.


Deux tableaux de Cyrano, parmi la collection du Bergeracois Jean-Louis Leclair. (Archives Emilie Drouinaud)

Deux tableaux de Cyrano, parmi la collection du Bergeracois Jean-Louis Leclair. (Archives Emilie Drouinaud)
Jeudi 5 janvier 2012
 
Beaucoup de rêves, mais rien de concret : depuis vingt ans, les projets de « musée » ou de « maison Cyrano » ont tous échoué, y compris celui du châtelain vigneron Antoine de Corbiac qui, en 2008, espérait briser la malédiction d'une ville qui ne célèbre pas son emblème, avec un « Cyrano de Bergerac muséum » œnotouristique à Lembras. Ainsi, Cyrano (ou Roxane) n'a en tout et pour tout que deux statues à son effigie, des dizaines de noms de magasins, d'associations ou de rassemblements sportifs, mais toujours pas de musée. Mascotte commerciale, plus qu'attraction touristico-historique.
En 2012, cela pourrait changer : le projet d'un Espace Cyrano, prévu à la Maison des vins, et porté par la Communauté de communes et le Conseil interprofessionnel du vignoble (CIVRB) n'a plus que deux candidats en lice.

Une vitrine pour Cyrano

Le pari est d'aménager avant la fin de l'année - peut-être dès cet été, dans une préfiguration de l'attraction complète - un lieu qui, sans être un musée, serait une vitrine pour les deux Cyrano, l'écrivain du XVIIe siècle et le personnage de théâtre emblématique du XIXe (lire ci-dessous).
Il est question d'animations en « scénovision » qui pourraient aussi intégrer la collection de feu le Bergeracois Jean-Louis Leclair, ou celle, érudite, du journaliste Thomas Sertillanges, créateur des Amis de Cyrano(s) et militant de ce projet depuis onze ans (lire ci-dessus).
Ce serait la promotion d'un patrimoine historique, culturel et même identitaire, ainsi qu'œnologique. Car « notre vocation n'est pas de faire du tourisme », précise le président de l'interprofession, Michel Delpon. « Il s'agit aussi de faire connaître les vins de Bergerac en doublant la fréquentation de la Maison des vins », soit un objectif de 50 000 visiteurs pour cette « locomotive touristique ».
Michel Delpon évoque « quelque chose de ludique et de familial. Dans l'idéal, la visite pourrait durer une heure à une heure et demie, dans une sorte d'aller-retour avec la cave du CIVRB. » Pour plus de détail : suspense. Il y a quinze jours, le CIVRB a demandé des compléments d'informations aux deux candidats à l'appel d'offres, auditionnés avant les fêtes de fin d'année. C'est au mois de mars que les Bergeracois sauront, qui de Kléber Rossillon, pionnier de la reconstitution touristique en Périgord depuis qu'il a restauré le château de Castelnaud (230 000 visiteurs par an), ou d'une agence spécialisée dans la scénovision, « La Prod est dans le pré », remportera la mission d'aménager l'attraction.

Deux budgets différents

Pour l'heure, Kléber Rossillon, à qui l'on doit aussi la rénovation des jardins de Marqueyssac (180 000 visiteurs annuels), proposerait un projet d'environ 1 million d'euros. Son concurrent, « La Prod est dans le pré », auteur de l'exposition internationale itinérante de Lascaux 3, de Brocéliande, la Porte de la forêt en Bretagne ou encore du Centre de mémoire et de référence de la Seconde Guerre mondiale de Bastogne en Belgique, a travaillé sur un budget de 2, 5 millions d'euros.
Un vaste projet technologique, avec des animations audiovisuelles, des tablettes numériques et des écrans qui simuleraient un tableau « où le personnage se mettrait à bouger et parler quand quelqu'un passe devant », décrit un proche du projet. Kléber Rossillon, lui, garde son concept au secret.

© Émilie Delpeyrat, www.sudouest.fr




FRANCE


Publié le 16 / 01 / 2012.

  Lien(s)

»  L'article d'Emilie Delpeyrat dans le Sud-Ouest


  Outils

  Imprimer       Envoyer


  Toutes les actualités


  Publicité



© 2005-2024 Atelier Thomas Sertillanges  |  A propos du copyright  |  Liens  |  Contact

Ce site est en constante évolution, au fur et á mesure de mes découvertes, ou des vôtres.
Toute information ou contribution nouvelle sera la bienvenue. Merci d'avance.