Mercredi 24 mai 2017

Actualités
Nouveautés
Cyrano raconte Savinien
Roxane et les autres
Le siècle de Cyrano
Rostand raconte Cyrano
Coquelin, le 1er Cyrano
Edmond Rostand 2018
Sur scènes et sur écrans
Cyrano en 1001 images
Promenades imaginaires
Les films de cape et d'épée
Vos contributions
Les traductions
La bibliographie
La CD et vidéothèque
La boutique de Ragueneau
Musée Cyrano(s) de Bergerac
Quiz
La lettre de Cyrano
Recevez toute l'actualité de Cyrano par e-mail : spectacles, éditions, nouveautés, découvertes ...
Abonnez-vous gratuitement !





Sarah Bernhardt, la grande amie d'Edmond Rostand

Un sonnet pour une actrice grandiose

L'une des plus grandes comédiennes de son époque, sinon la plus grande. Née Henriette Rosine Bernard, Sarah Bernhardt (1884-1926) est une star internationale qui déplaçait autant les foules à Londres qu'aux Etats-Unis ou à Moscou.



<a href=http://www.uni-duisburg.de/FB3/ROMANISTIK/PERSONAL/Fricke/brosch1999/Broschparis99.htm target=_blank>Source</a>

Source
Créatrice sublime de l'Aiglon, elle est surtout et avant tout une admiratrice sincère et passionnée d'Edmond Rostand.

Elle a toujours cru en lui, bien avant Cyrano et sa révélation au monde. En 1895, celle qui a été surnommée « la voix d'or » est devenue directrice du Théâtre de la Renaissance où elle crée La Princessse lointaine. Deux ans plus tard, c'est La Samaritaine, spécialement écrite pour elle, qui bénéficie de son immense talent.

Devenu célèbre à son tour, Edmond Rostand ne lui tourna pas le dos et respectueusement la chanta même dans un sonnet aux vers éclatants.



En ce temps sans beauté, seule encor tu nous restes,
Sachant descendre , pâle, un grand escalier clair,
Ceindre un bandeau, porter un lis, brandir un fer,
Reine de l'attitude et princesse des gestes.

En ce temps sans folie, ardente, tu protestes !
Tu dis des vers. Tu meurs d'amour. Ton vol se perd.
Tu tends des bras de rêve, et puis des bras de chair.
Et, quand Phèdre paraît, nous sommes tous incestes.

Avide de souffrir, tu t'ajoutas des coeurs ;
Nous avons vu couler - car ils coulent, tes pleurs ! -
Toutes les larmes de nos âmes sur tes joues.

Mais aussi tu sais bien, Sarah, que quelquefois
Tu sens furtivement se poser, quand tu joues,
Les lèvres de Shakespeare aux bagues de tes doigts !

Edmond Rostand












Page précédente Page suivante


  Lien(s)

•  Article Wikipédia

•  Biographie de Sarah Bernhardt

•  Pour les anglophones


Publié le 03 / 03 / 2007.


  Outils

  Imprimer       Envoyer


  Retour


  Publicité



© 2005-2017 Atelier Thomas Sertillanges  |  A propos du copyright  |  Liens  |  Contact

Ce site est en constante évolution, au fur et á mesure de mes découvertes, ou des vôtres.
Toute information ou contribution nouvelle sera la bienvenue. Merci d'avance.