Samedi 25 mars 2017

Actualités
Nouveautés
Cyrano raconte Savinien
Roxane et les autres
Le siècle de Cyrano
Rostand raconte Cyrano
Coquelin, le 1er Cyrano
Edmond Rostand 2018
Sur scènes et sur écrans
Cyrano en 1001 images
Promenades imaginaires
Les films de cape et d'épée
Vos contributions
Les traductions
La bibliographie
La CD et vidéothèque
La boutique de Ragueneau
Musée Cyrano(s) de Bergerac
Quiz
La lettre de Cyrano
Recevez toute l'actualité de Cyrano par e-mail : spectacles, éditions, nouveautés, découvertes ...
Abonnez-vous gratuitement !





« Les coquilles tintent... »

Un souvenir d'enfance.

« Les coquilles tintent, ding-don !
Ma pointe voltige, une mouche ! »

Acte I, scène 4.



« J'étais tout petit. Paul de Cassagnanc devait avoir un duel avec un personnage politique du Midi. Ami de mon père, il était devenu notre hôte pour quelques jours. Le matin, dans le salon, il s'exercait à l'escrime. Attiré par le cliquetis de épées, je venais entrebâiller la porte et regarder. Un jour, Paul de Casagac m'attira près de lui... Et je revois ce grand bel homme, à la voix large et chaude, me montrant ses épées... D'admirables armes, aux coqullles d'argent massif, et qui étaient un don de la reine d'Espagne;

- Tu vois, ces coquilles, me dit Paul de Cassagnac. Eh bien! petit, quand elles tintent au commencement... le son dure jusqu'à la fin du duel. "Les coquilles tintent... ding-don !", cela vient de ce souvenir d'enfance. »



Interview d'Edmond Rostand par André Arnyvelde, publiée par Les Annales, le 9 mars 1913. Citée par Jacques Truchet.



Page précédente Page suivante


Publié le 24 / 04 / 2005.


  Outils

  Imprimer       Envoyer


  Retour


  Publicité



© 2005-2017 Atelier Thomas Sertillanges  |  A propos du copyright  |  Liens  |  Contact

Ce site est en constante évolution, au fur et á mesure de mes découvertes, ou des vôtres.
Toute information ou contribution nouvelle sera la bienvenue. Merci d'avance.