Jeudi 30 mars 2017

Actualités
Nouveautés
Cyrano raconte Savinien
Roxane et les autres
Le siècle de Cyrano
Rostand raconte Cyrano
Coquelin, le 1er Cyrano
Edmond Rostand 2018
Sur scènes et sur écrans
Cyrano en 1001 images
Promenades imaginaires
Les films de cape et d'épée
Vos contributions
Les traductions
La bibliographie
La CD et vidéothèque
La boutique de Ragueneau
Musée Cyrano(s) de Bergerac
Quiz
La lettre de Cyrano
Recevez toute l'actualité de Cyrano par e-mail : spectacles, éditions, nouveautés, découvertes ...
Abonnez-vous gratuitement !



Sur scènes et sur écrans

1920 - Edward Vroom

Selwyn Theatre - New York

Nous ne savons pas grand chose de cette production, mis à part cette critique du New York Times en date du 30 mars 1920.


En dépit des rumeurs d'annulation*, Edward Wroom et sa compagnie ont joué hier la première d'une série de représentations en matinée de Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand. Edward Wroom a déjà interprété Cyrano, mais pas à New-York, où l'on se souvient de Richard Mansfield et, dans une moindre mesure, de Charles Richman dans la production Daly. A Londres récemment, on y a vu une reprise avec Robert Loraine mais, à cause de différents procès dus à des problèmes liés aux droits d'auteurs, la pièce n'avait pas été représentée dans nos pays depuis une vingtaine d'années. Hier, le public du Selwin a attendu jusque 5h45 la mort de Cyrano « au grand c?ur ». Il est évident que cette ?vieille? pièce garde une vitalité considérable en dépit de son romantisme auquel nous ne sommes plus habitués et de son style désuet. Mis à part la réunion des deux premiers actes en un seul, Edward Wroom a respecté l'intégrité de la pièce, ce qui n'a pas du être une tâche facile pour lui. En effet, non seulement il tient le rôle principal, mais il est aussi le producteur du spectacle, et également le souffleur pour venir en aide à ses camarades ayant oublié leurs répliques ! Sa voix résonne bien, et son ton est varié, mais il manque de prestance pour ce merveilleux rôle de Cyrano. Il lui donne de l'esprit, mais manque de romantisme. On l'aurait aussi souhaité plus fanfaron, plus brave : quand il mène les Cadets de Gascogne à la bataille au siège d'Arras, il semble loin de ses prouesses militaires et n'inspire guère confiance à ses compagnons ! Enfin, le fameux nez est assez éloigné de ce qu'en dit l'auteur, « ce nez qui d'un quart d'heure en tous lieux me précède » ou bien encore ce « perchoir » si confortable aux oiseaux... Elsie H. Kearns K interprète une adorable, Charles Wesbter et Walter Kingsford campent un Christian et un De Guiche. Les représentations se poursuivront jusqu'au 30 avril. * Il est possible que ces rumeurs aient trait aux règlements de droits d'auteurs pour lesquels Edmond Rostand avait du engager des procès avec un éditeur anglo-saxon. Précision à prendre au conditionne. (Ndlr) Traduction de Nadine Deleury, adaptation de Thomas Sertillanges.





Page précédente Page suivante


ETATS-UNIS


  Lien(s)

»  Texte original


Publié le 01 / 11 / 2007.


  Outils

  Imprimer       Envoyer


  Retour


  Publicité



© 2005-2017 Atelier Thomas Sertillanges  |  A propos du copyright  |  Liens  |  Contact

Ce site est en constante évolution, au fur et á mesure de mes découvertes, ou des vôtres.
Toute information ou contribution nouvelle sera la bienvenue. Merci d'avance.