Vendredi 24 novembre 2017

Actualités
Nouveautés
Cyrano raconte Savinien
Roxane et les autres
Le siècle de Cyrano
Rostand raconte Cyrano
Coquelin, le 1er Cyrano
Edmond Rostand 2018
Sur scènes et sur écrans
Cyrano en 1001 images
Promenades imaginaires
Les films de cape et d'épée
Vos contributions
Les traductions
La bibliographie
La CD et vidéothèque
La boutique de Ragueneau
Musée Cyrano(s) de Bergerac
Quiz
La lettre de Cyrano
Recevez toute l'actualité de Cyrano par e-mail : spectacles, éditions, nouveautés, découvertes ...
Abonnez-vous gratuitement !



Sur scènes et sur écrans

1971 - Edward Woodward

Londres

« J'ai intitulé Cyrano mon adaptation de Cyrano de Bergerac car j'ai choisi de la construire toute entière autour de cette figure centrale, sans en retenir les éléments extérieurs ni les très nombreux seconds rôles. »


Mise en scène de Patrick Garland, avec Anna Carteret dans le rôle de Roxane et James Fagan dans celui de Christian.

Mise en scène de Patrick Garland, avec Anna Carteret dans le rôle de Roxane et James Fagan dans celui de Christian.











































Mon Cyrano n'est pas plus historique que le Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand qui brille de mille feux très français mais qui,. pas plus que certains vins délicats, ne peuvent traverser la Manche. Malgré cet écueil, il n'y a rien dans ma version qui ne soit directement inspiré par Rostand. Mes changements sont minimes ; je me suis contenté de condenser deux actes sur cinq. Je n'ai pas ?couper de lignes? à proprement parler, j'ai seulement tout centré sur la légende du vrai Cyrano, réécrivant la pièce tel un mythe, « un homme parmi les hommes » comme le chante les Gascons ! Une véritable légende dans une vie réelle.



En opĂ©rant ainsi, j'espère ainsi n'avoir enlevĂ© ni le romantisme ni le ?panache? si cĂ©lèbres du personnage. Certes, en tant que metteur en scène, j'ai opĂ©rĂ© certains changements pour mettre en valeur des aspects que je voulais faire ressortir, mais je dĂ©testerais n'avoir pas respectĂ© l'esprit de la pièce initiale. Ces attitudes hĂ©roďques et ces Ă©motions très romantiques qui, parait-il, sont d'un autre âge, je n'ai aucun Ă©tat d'âme Ă  les avoir scrupuleusement respectĂ©es.



Si les alexandrins français pouvaient supporter leur traduction en anglais, notre thĂ©âtre apprĂ©cierait la richesse de Racine, Molière, Corneille et Rostand.: malheureusement, le phrasĂ©, tout comme l'accentuation des mots sont très diffĂ©rents d'une langue Ă  l'autre. De plus, la versification anglaise rĂ©pond Ă  une mĂ©thode qui me semble plutôt pauvre, et l'on trouve très peu d'exemples rĂ©ellement rĂ©ussis. C'est la raison pour laquelle j'ai choisi la prose, directement traduite du texte d'origine d'Edmond Rostand.



Extraits du programme, traduction Michelle France





Page précédente Page suivante


ROYAUME-UNI


  Galerie






Publié le 03 / 05 / 2005.


  Outils

  Imprimer       Envoyer


  Retour


  Publicité



© 2005-2017 Atelier Thomas Sertillanges  |  A propos du copyright  |  Liens  |  Contact

Ce site est en constante évolution, au fur et á mesure de mes découvertes, ou des vôtres.
Toute information ou contribution nouvelle sera la bienvenue. Merci d'avance.