Lundi 18 décembre 2017

Actualités
Nouveautés
Cyrano raconte Savinien
Roxane et les autres
Le siècle de Cyrano
Rostand raconte Cyrano
Coquelin, le 1er Cyrano
Edmond Rostand 2018
Sur scènes et sur écrans
Cyrano en 1001 images
Promenades imaginaires
Les films de cape et d'épée
Vos contributions
Les traductions
La bibliographie
La CD et vidéothèque
La boutique de Ragueneau
Musée Cyrano(s) de Bergerac
Quiz
La lettre de Cyrano
Recevez toute l'actualité de Cyrano par e-mail : spectacles, éditions, nouveautés, découvertes ...
Abonnez-vous gratuitement !



Coquelin, le 1er Cyrano

L'hommage posthume

La millième représentation sur une scène parisienne ? mais il y en avait déjà eu plus de deux mille en province - eut lieu le 3 mai 1913. A cette occasion Edmond Rostand et toute la troupe avait tenu à rendre hommage au grand ancien disparu quatre ans auparavant, et qui avait joué le rôle 950 fois.


Lorsque vient la fameuse scène des Cadets de Gascogne :



« Puisque ma compagnie est, je crois, au complet

Veuillez la présenter au compte s'il vous plait .



Ce sont les cadets des Gascogne

De Carbon de Castel Jaloux... »



Charles Le Bargy qui avait repris le rôle enchaîna avec ces quelques vers inédits, écrits pour la circonstance par Edmond Rostand :



« Non, car elle n'est plus au complet. Car, moi-même,

Je ne suis pas celui dont il faudrait la voix,

Et qui, s'étant battu neuf cent cinquante fois,

Devrait être à l'honneur de cette millième.



L'?il des braves Cadets cherche l'Aîné suprême

Qui m'a laissé cueillir le prix de ces exploits.

Passons les triolets? Il faut, ce soir, je crois,

Comme on voile un tambour, assourdir le poème.

(se tournant vers les cadets)



Et vous, levant ce soir tous vos panaches vers

Celui qui de son âme a fait vivre ces vers

Et de les voir revivre eût pleuré de tendresse



- Il aimait bien l'auteur, n'est-ce pas, Ragueneau ? ?

Elargissez, Messieurs, le grand salut qu'adresse

Au premier Cyrano le second Cyrano. »



Le Miroir du Dimanche 11 Mai 1913 conclu :

« M. Le Bargy fut chaleureusement acclamé. Dans la coulisse M. Edmond Rostand assistait avec émotion à ce suprême triomphe auquel manquait cependant le grand et regretté Coquelin. »





Page précédente  


Publié le 14 / 04 / 2005.


  Outils

  Imprimer       Envoyer


  Retour


  Publicité



© 2005-2017 Atelier Thomas Sertillanges  |  A propos du copyright  |  Liens  |  Contact

Ce site est en constante évolution, au fur et á mesure de mes découvertes, ou des vôtres.
Toute information ou contribution nouvelle sera la bienvenue. Merci d'avance.