Mercredi 24 mai 2017

Actualités
Nouveautés
Cyrano raconte Savinien
Roxane et les autres
Le siècle de Cyrano
Rostand raconte Cyrano
Coquelin, le 1er Cyrano
Edmond Rostand 2018
Sur scènes et sur écrans
Cyrano en 1001 images
Promenades imaginaires
Les films de cape et d'épée
Vos contributions
Les traductions
La bibliographie
La CD et vidéothèque
La boutique de Ragueneau
Musée Cyrano(s) de Bergerac
Quiz
La lettre de Cyrano
Recevez toute l'actualité de Cyrano par e-mail : spectacles, éditions, nouveautés, découvertes ...
Abonnez-vous gratuitement !





Quand le fils rend hommage au père

Maurice Rostand se souvient...

Maurice, le fils aîné d'Edmond Rostand fut aussi un versificateur de talent. Ses vers, s'ils sont inégaux, sont parfois remarquables. Et nous ne pouvions que remarquer ceux-ci...


Maurice Rostand a écrit ces trois quintils à l'occasion de la ?création? de la pièce le 19 décembre 1938, à la Comédie Française. ?Création?, en effet car c'est le mot que l'on emploie au Français pour parler de l'entrée d'une pièce au répertoire, même pour si celle-ci a déjà connu des milliers de représentations depuis presque 39 ans...



A cette occasion, le fils , qui n'avait que 7 ans le soir du 28 décembre 1897, quand Coquelin triompha, rend hommage au père, au personnage et à la pièce avec une sincérité et une émotion qui nous touchent encore au-delà des siècles et des siècles... Et tant pis si j'exagère, car comme l'a justement dit quelqu'un (mais qui donc ?) : « Il est bon d'exagérer ainsi ! »





Cyrano ! Que de temps vécu, d'heures passées,

De visages éteints, de bonheur engourdi ;

Le poète... L'acteur... Du fond de nos pensées,

Toute une ascension de minutes glacées

Monte comme du fond de la mer. On nous dit :



« Votre père commence une pièce nouvelle.

Ne parlez pas si fort ! Ne jouez pas si haut ! »

Puis des vers nous venaient, en grands battements d'ailes.

On nous disait alors le nom... (je me rappelle)

De la pièce inconnue ! Et c'était Cyrano !



Puis ce fut l'éclatante et célèbre première !

L'article de Faguet. Le foudroyant succès !

La gloire se posait sur le front de mon père...

Tout ce qu'au moment même on ne distingue guère,

Tout ce qui fait pleurer quand on y pense après.




Maurice Rostand



Page précédente Page suivante


  Auteur

Ludovic Diamant-Berger

Ludovic Diamant-Berger



  Galerie




Publié le 18 / 06 / 2005.


  Outils

  Imprimer       Envoyer


  Retour


  Publicité



© 2005-2017 Atelier Thomas Sertillanges  |  A propos du copyright  |  Liens  |  Contact

Ce site est en constante évolution, au fur et á mesure de mes découvertes, ou des vôtres.
Toute information ou contribution nouvelle sera la bienvenue. Merci d'avance.