Mercredi 17 septembre 2014

Actualités
Nouveautés
Cyrano raconte Savinien
Roxane et les autres
Le siècle de Cyrano
Rostand raconte Cyrano
Coquelin, le 1er Cyrano
Daniel Sorano
Sur scènes et sur écrans
Cyrano en 1001 images
Promenades imaginaires
Les films de cape et d'épée
Vos contributions
Les traductions
La bibliographie
La CD et vidéothèque
La boutique de Ragueneau
Musée Cyrano(s) de Bergerac
Quiz
La lettre de Cyrano
Recevez toute l'actualité de Cyrano par e-mail : spectacles, éditions, nouveautés, découvertes ...
Abonnez-vous gratuitement !



Roxane et les autres

Montfleury

Monsieur, vous n'êtes rien !

Montfleury, de son vrai nom Zacharie Jacob, a débuté à l'Hôtel de Bourgogne vers 1638 où il joue aussi bien les rôles comiques que les rôles sérieux, mais, précise Robinet, un contemporain : Non les rôles tendres et doux / Mais de transport et de courroux. On va le voir, Montfleury n'était pas très copain, ni avec Savinien, ni avec notre Cyrano.


Montfleury (1600-1667) portrait attribué à Lebrun, Comédie-Française.

Montfleury (1600-1667) portrait attribué à Lebrun, Comédie-Française.
Le Mercure de 1738 se souvient qu'il était plein de sentiments pathétiques et quelques fois jusqu'à faire perdre la respiration au spectateurs. Pour que quelqu'un aussi gros que lui soit plein, il en fallait certainement beaucoup de pathétique ! Et c'est bien ce que lui reprochait Molière, qui le raille dans L'Impromptu de Versailles: Il faut un roi qui soit gros et gras comme quatre, un roi, morbleu! qui soit entripaillé comme il faut, un roi d'une vaste circonférence, et qui puisse remplir un trône de la belle manière. Cyrano ne dit pas autre chose : C'est un acteur déplorable, qui gueule, / Et soulève avec des han ! de porteurs d'eau, / Le vers qu'il faut laisser s'envoler.



Plus brutal que Molière, Savinien écrit une de ses fameuses Lettres, intitulée Contre un gros homme : Enfin, gros homme, je vous ai vu ! Mes prunelles ont achevé sur vous de grands voyages ; et le jour que vous éboulâtes jusqu'à moi, j'eus le temps de parcourir votre hémisphère, ou pour parler plus véritablement, quelques cantons. Savinien prend alors un malin plaisir à décrire, avec force images : Mais, bons Dieux, qu'est-ce que je vois ? Montfleury encore plus enflé qu'à l'ordinaire ! Est-ce donc le courroux qui vous sert de seringue ? Déjà vos jambes et votre tête se sont tellement unies par leur extension à la circonférence de votre globe, que vous n'êtes plus qu'un ballon ; c'est pourquoi je vous prie de ne point approcher de mes pointes, de peur que je vous crève...



Comédien célèbre et adulé ? Richelieu lui-même l'appréciait, Monfleury tâta aussi du métier d'auteur, écrivant notamment une tragédie La Mort d'Asdrubal (1647), qui est une mise en vers du Sac de Carthage de La Serre. Pour Cyrano, Thalie, la muse de la comédie, n'a pas daigné s'intéresser à ses ?uvres : Si cette muse, à qui, Monsieur, vous n'êtes rien, / Avait l'honneur de vous connaître, croyez bien / Qu'en vous voyant si gros et bête comme une urne, / elle vous flanquerait quelque part son cothurne. Et Savinien, lui, l'accuse carrément de plagiat : Votre pièce a été établie d'un impôt par vous établi sur tous les poètes de ce temps, vous l'avez sue par c?ur auparavant que de l'avoir imaginée...



Il ne reste plus à Cyrano qu'à lui fesser les joues, et l'on comprend pourquoi on ne trouve trace nulle part de vacances que Montfleury et Savinien auraient passées ensemble...



Page précédente Page suivante


Publié le 18 / 04 / 2005.


  Outils

  Imprimer       Envoyer


  Retour


  Publicité



© 2005-2014 Atelier Thomas Sertillanges  |  A propos du copyright  |  Liens  |  Contact

Ce site est en constante évolution, au fur et à mesure de mes découvertes, ou des vôtres.
Toute information ou contribution nouvelle sera la bienvenue. Merci d'avance.