Samedi 22 juillet 2017

Actualités
Nouveautés
Cyrano raconte Savinien
Roxane et les autres
Le siècle de Cyrano
Rostand raconte Cyrano
Coquelin, le 1er Cyrano
Edmond Rostand 2018
Sur scènes et sur écrans
Cyrano en 1001 images
Promenades imaginaires
Les films de cape et d'épée
Vos contributions
Les traductions
La bibliographie
La CD et vidéothèque
La boutique de Ragueneau
Musée Cyrano(s) de Bergerac
Quiz
La lettre de Cyrano
Recevez toute l'actualité de Cyrano par e-mail : spectacles, éditions, nouveautés, découvertes ...
Abonnez-vous gratuitement !



Sur scènes et sur écrans

1964 - Jean Piat

Paris - Comédie Française

« Ce 11 février 1964, c'est la 418è représentation de Cyrano de Bergerac à la Comédie Française dans une nouvelle mise en scène de Jacques Charon, tellement somptueuse qu'il a fallu augmenter le prix des places, ce qui a fait scandale. C'est un triomphe : quarante et un rappels le soir de la première représentation ».


Mise en scène de Jacques Charron.

Mise en scène de Jacques Charron.

Les plus grands auteurs sont là... André Malraux s'exclame : Cyrano, c'est le frère de Carmen ! et François Mauriac écrit : Ce qui m'est apparu, peut-être grâce à Jean Piat, c'est que Cyrano n'a duré que parce qu'il est vrai, je veux dire ressemblant à une part de nous-mêmes. De son côté, le critique de la revue Noir et Blanc affirme : Cyrano a une admirable Roxane : Geneviève Casile. Edmond Rostand eût été ravi et, l'autre soir, au Théâtre Français, c'était toujours Rostand qu'on applaudissait.



Jean Piat, raconte : Combien de fois, jouant Cyrano, j'entendais les répliques de chute arriver avant moi. Il y avait toujours, au deuxième ou au troisième rang, un grand-père qui voulait absolument montrer à son petit fils que sa mémoire fonctionnait encore très bien.



Moi : - Ne pas monter bien haut, peut-être...

Le grand-père : - ... mais tout seul !

Je n'avais pas encore eu le temps de le dire
(Les plumes des paons, Plon 1980.



Pour sa mise en scène, Jacques Charron noircira cinq cahiers de cinquante pages pour préciser le moindre détail de sa mise en scène. Tout est noté ; ainsi, comme le note Fanny Deschamps, les hasars de la guerre : Siège d'Arras. Chevaux de Roxane. Crottin probable.





« Morbleu ! quand chez Molière on reçoit Monsieur de Bergerac, on ripaille !

Au II, le marmiton foisonne. Au IV, les coussins sont remplis d'ortolans, chaque lanterne du carosse est un petit garde-manger. L'alexandrin même se fait comestible et roule jusqu'au fond des c?urs avec une moelleuse facilité, comme, blondines,les tartelettes amandines. Au III, le vers fond, file comme un sirop de lune tout le long du jasmin de Roxane mais au camp d'Arras, sonore, la rime rebondit sous la mitraille, les voix s'envolent, le fifre siffle, le canon claque, les mousquets crachent, les bottes sonnent... Le panache passe !



Fanny Deschamps, dans Elle, numéro 947 du 14 février 1964





Page précédente Page suivante


FRANCE


  Galerie












Publié le 14 / 04 / 2005.


  Outils

  Imprimer       Envoyer


  Retour


  Publicité



© 2005-2017 Atelier Thomas Sertillanges  |  A propos du copyright  |  Liens  |  Contact

Ce site est en constante évolution, au fur et á mesure de mes découvertes, ou des vôtres.
Toute information ou contribution nouvelle sera la bienvenue. Merci d'avance.